Une nouvelle génération de nanoparticules intelligentes grâce à la start-up SON

 

sayens transfere UNE NOUVELLE GENERATION
DE NANOPARTICULES INTELLIGENTES a la start-up son sas et entre a son capital

 

 

Après un programme de maturation dédié, SAYENS annonce le transfert d’une technologie très innovante de nanoparticules à SON, start-up issue de l’université de Bourgogne et entre à son capital. La SATT s’engage aux côtés de la jeune pousse dijonnaise et soutient ses ambitions de développement sur les marchés de la chimie fine et de l’industrie pharmaceutique. 

L’innovation transférée repose sur les travaux de recherche de trois chercheurs chimistes de l’université de Bourgogne, tous trois co-fondateurs de SON : Jérémy Paris, Docteur en Chimie spécialisé en nanotechnologies et CEO, Pierre-Emmanuel Doulain, Docteur en Chimie organique et CTO, deux docteurs Jeunes Chercheurs Entrepreneurs ; et Richard Decréau, Maître de conférences au sein de l’Institut de Chimie Moléculaire (Université de Bourgogne, CNRS), et conseiller scientifique de la start-up. 

Ces nanomatériaux nouvelle génération s’adressent, d’une part aux entreprises pharmaceutiques, dans le cadre du développement de nouveaux traitements ; et d’autre part aux industriels de la chimie fine dans le cadre de la fabrication de principes actifs et pour qui les nanocatalyseurs sont essentiels d’autant qu’ils réduisent la production de déchets et leur impact sur les ressources naturelles. 

« Le scale-up de production de nos nanoparticules est réussi grâce au programme de maturation de SAYENS. En parallèle de nos travaux de recherche, nous avons été épaulés par l’incubateur régional DECA-BFC, dans notre préparation au monde entrepreneurial et à nos futures fonctions dans l’entreprise. Ce double accompagnement technico-entrepreneurial et notre formation de Jeune Chercheur Entrepreneur va nous permettre de réaliser notre ambition qui est de devenir le leader mondial des nanoparticules fonctionnalisées », explique Jérémy Paris, co-fondateur et CEO de SON. 

« La start-up SON est l’exemple type de valorisation de technologie réussie pour tout chercheur souhaitant devenir entrepreneur – en atteste son Grand Prix obtenu au concours i-PhD 2019 remis à Pierre-Emmanuel Doulain, docteur et CTO de SON. La participation de SAYENS au capital de la start-up souligne notre investissement à long terme pour faire émerger, aux côtés de notre actionnaire l’université de Bourgogne, les pépites de la recherche publique de notre territoire. L’innovation technologique proposée par SON répond à un réel besoin sur le marché et nous restons à ses côtés pour soutenir son ancrage scientifique ainsi que son développement », explique Catherine Guillemin, Présidente de SAYENS.

Télécharger le communiqué de presse