SAYENS lutte contre la tuberculose

 

SAYENS S’ENGAGE AVEC LA START-UP EPILAB POUR
PORTER AU NIVEAU MONDIAL UN KIT DE DIAGNOSTIC NOUVELLE GÉNÉRATION
CONÇU PAR L’UNIVERSITÉ DE BOURGOGNE ET INRAE

 

 

La SATT SAYENS annonce avoir concédé à la start-up EpiLAB une licence portant sur une innovation technologique inédite de diagnostic de la tuberculose, EDMYC, pour mettre au point un test de dépistage portable, simple et fiable de la maladie. SAYENS conforte ce transfert et entre au capital de l’entreprise pour accompagner dans son déploiement à l’échelle mondiale.

L’innovation EDMYC transférée par SAYENS à EpiLAB repose sur une nouvelle méthode brevetée de détection précoce de la tuberculose issue des travaux de recherche de Murielle Rochelet, et Elodie Barbier, respectivement, Maître de Conférences Hors Classe et Attachée de recherche en Chimie Analytique au sein de l’UFR des Sciences de Santé de l’ université de Bourgogne ; ainsi qu’Alain Hartmann, Directeur de Recherche INRAE.

La technologie EDMYC  a fait l’objet d’un programme de maturation au sein de la SATT qui a accompagné l’équipe de chercheurs dans leur projet de valorisation, assurant la protection de leur invention et son développement en vue d’une mise sur le marché.

« Nous avons identifié très tôt le potentiel de l’innovation et l’impact qu’elle pourrait avoir dans la prise en charge de la tuberculose. Les chercheurs et établissements ainsi que SAYENS sommes heureux et fiers de propulser une technologie française essentielle et prometteuse pour répondre à un défi sanitaire mondial », souligne Catherine Guillemin, Présidente de SAYENS.

Grâce à l’exploitation de la technologie, EpiLAB a pour objectif de déployer à grande échelle le kit portable basé sur le diagnostic in vitro de la tuberculose, sous la forme d’un appareil de taille réduite, portable et à faible coût, le rendant abordable pour les pays en développement, qui représentent, toujours selon les données de l’OMS, 80% des cas de tuberculose.

Télécharger le communiqué de presse