L’intelligence artificielle au service du diagnostic ophtalmologique

 

La start-up iSlit révolutionne le diagnostic ophtalmologique
grâce à l’intelligence artificielle en s’appuyant sur la collaboration R&D
entre l’université de Bourgogne, La Forge et SAYENS

 

 

Grâce à la collaboration R&D entre l’université de Bourgogne, La Forge et SAYENS, la start-up iSlit révolutionne le diagnostic ophtalmologique avec l’intelligence artificielle. Cette collaboration de recherche a abouti à une solution à base d’intelligence artificielle (IA) – raisonnement automatisé et vision par ordinateur - qui permet à la start-up iSlit de simplifier, affiner et enrichir le diagnostic ophtalmologique lors des examens à la lampe à fente.

Portée par Christophe Nicolle, professeur au sein de l’université et Bourgogne et directeur du laboratoire CiAD, cette collaboration de recherche est l’illustration d’une collaboration de recherche réussie « la collaboration inédite mise en place entre les ingénieurs et chercheurs du laboratoire CiAD, de Sayens et l'équipe iSlit de La Forge s’est avérée particulièrement dynamique, mutuellement enrichissante et scientifiquement fructueuse. Menée en mode Agile, elle a permis de mettre tout le potentiel offert par l’IA - et plus spécifiquement par le raisonnement automatisé - au service d’enjeux de santé touchant des milliards de personnes à travers le monde. Grâce à l’IA, les praticiens vont apporter rapidement un diagnostic fiable, ainsi qu’une prise en charge rapide et appropriée des maladies de l’œil ».  

Catherine Guillemin, Présidente de SAYENS complète : « notre proximité et connaissance des équipes de recherche de notre actionnaire l’université de Bourgogne nous permet de les aider et de les épauler au mieux, qu’il s’agisse de R&D partenariale, maturation ou transfert de technologie. La collaboration avec les équipes du CiAD est remarquable à ces égards. En attestent les nombreuses réalisations, et celle que nous concluons aujourd’hui avec les équipes de La Forge et iSlit est exemplaire. Nous nous réjouissons d’avoir activement pris part à ce consortium et contribué à apporter une brique significative au développement de l’IA comme réponse au diagnostic dans la santé ».

Télécharger le communiqué